Michel Rein Logo

Edgar Sarin

Dans son cou la main d'une mère

December 16th, 2017 - February 3rd, 2018

Michel Rein, Paris


Installation views

Edgar Sarin - Dans son cou la main d'une mère
Edgar Sarin - Dans son cou la main d'une mère

About

Avec le soutien de la Fondation Émerige dont il fut le lauréat de la Bourse Révélations 2016,

Michel Rein est heureux de présenter la première exposition personnelle d’Edgar Sarin à la galerie.

 

« Edgar Sarin crée des installations associant le langage et la musique aux objets trouvés les plus simples comme aux métaux les plus précieux. Il creuse la pierre, sculpte le bois, compose des partitions, met en scène des gestes et des situations. Chaque exposition, chaque pièce est la ramification d’une démarche unique et complète étudiant les circonstances du développement de modèles primitifs bruts vers leur accomplissement en des formes civilisées. Cette recherche esthétique et plastique est organisée par une somme de règles élémentaires et précises formant la physique de l’œuvre. Celle-ci est un corps que l’on apprivoise par l’intermédiaire de chacune de ses facettes. Edgar Sarin développe la physique de son œuvre ; il en construit la mécanique, le mouvement interne, où chaque chose étant liée à toutes les autres, elles s’entraînent immuablement, suivant un mouvement devenu naturel et nécessaire, vers la finalité pour laquelle elles ont été conçues. Comme la physique est une science expérimentale étudiant les phénomènes naturels et leur évolution dans le but de modéliser notre environnement, le travail d’Edgar Sarin s’articule de la même manière sur une somme d’expériences visant à comprendre la nature de l’art. »

 

Extrait du commentaire de l’exposition Dans son cou la main d’une mère, par Marine Rochard.

décembre 2017

 

Dans son cou la main d’une mère vient clôturer un cycle de cinq expositions personnelles en 2017 : Treize joyaux hiérarchiquement ordonnés à la galerie Konrad Fischer, Berlin, Un minuit que jamais le regard, là, ne trouble au Collège des Bernardins (cur. Gaël Charbau), Chapitre trois* avec le Cercle de La Horla, New York, et Ici : symphonie désolée d’un consortium antique au Centre de Création Contemporaine Olivier Debré (CCCOD), Tours. 

 


Exhibition file